Force Ouvrière proteste contre la fermeture des clubs de jeux

Après les dirigeants du Club Circus Paris, le syndicat Force Ouvrière proteste contre la fermeture des clubs de jeux dans la capitale. Le syndicat qui représente une part importante du personnel des établissements de jeux dénonce dans un communiqué les dégâts économiques et sociaux qu’entraîne la fermeture des établissement. Le syndicat enclenche un recours auprès du ministère de l’intérieur. Découvrez l’intégralité du communiqué :

« Depuis la reprise d’activité, les casinos et clubs de jeux adoptent des protocoles sanitaires rigoureux, à tel point qu’aucun cluster n’a été recensé dans nos entreprises. Néanmoins, les annonces de fermeture des clubs de jeux éludent totalement cette réalité.

En parallèle, de nombreuses autres activités continueront sans restriction supplémentaires comme les cinémas, les théâtres, les musées, les commerces. D’autres pourront continuer, en modifiant légèrement les protocoles existant comme les restaurants, la grande distribution et autres grandes enseignes.

On laisse croire que le virus ne circulerait que dans certaines corporations et pas dans d’autres.
Mais de qui se moque-t-on ?
Cette décision totalement inique et dénuée de tout fondement légal ostracise encore un peu plus une profession et des salariés qui se sont montrés irréprochables.

La conséquence est que certaines ne survivront pas à cette nouvelle fermeture.
Nous introduisons donc, à effet immédiat, un recours hiérarchique devant le ministre de l’Intérieur afin de faire valoir nos arguments juridiques, mais aussi démontrer de notre ras- le-bol profond. Les casinos et clubs de jeux ont moins de droits que d’autres et cette situation qui n’a pas sa place en République, n’a que trop duré. »