Le groupe Partouche embauche deux ex-pointures de la police

Alors que le groupe Partouche est toujours en quête d’un lieu pour ouvrir un club de jeux dans la capitale, il vient de recruter deux anciennes figures de la police. Un choix stratégique.

Le Groupe Partouche a indiqué, il y a quelques jours avoir embauché 2 hauts fonctionnaires de police pour améliorer la sécurité de ses établissements. Tout d’abord, Martine Monteuil, ex directrice centrale de la police judiciaire et ancienne préfète. Ensuite, Éric Battesti, haut fonctionnaire de police ayant notamment travaillé aux Renseignements généraux en Corse et à Cannes.

Fabrice Paire, président du directoire du groupe Partouche, indique qu’ils seront chargés de  « la sécurité des casinos, la sûreté des personnes et des biens, ou encore les relations avec la tutelle ou les correspondants locaux du ministère ».

Ces derniers mois , les relations ne sont pas bonnes entre Partouche et le service des courses et jeux. En mars dernier, deux dirigeants du casino Partouche de Cannes ont été mis en examen pour abus de biens sociaux et sont accusés de dissimulation de mises de poker. Le groupe avait porté plainte en avril pour violation du secret de l’instruction et diffamation à la suite de fuites dans la presse.

En octobre dernier le groupe cite directement en diffamation Philippe Ménard, le patron du Service central des courses et jeux ! Partouche a pour ambition d’ouvrir un club à Paris, ces deux recrutements pourraient apaiser la situation même si ce n’est pas le but ouvertement affiché par le casinotier. Ces recrutements constituent certainement un signe qui confirme la volonté de Partouche de s’implanter dans la capitale.

« Ce n’est pas une première que des ex-policiers travaillent avec nous, c’est même assez classique et logique d’avoir le support de personnes qui ont ce profil, car notre métier est tellement réglementé et lié à la tutelle de l’Etat et au ministère de l’Intérieur », indique Fabrice Paire.

En 2015, le groupe Barrière, a embauché Roland Gauze, ancien patron de la PJ marseillaise, à la fois respecté chez les « flics », mais aussi chez les « beaux mecs », nom donné aux membres du milieu marseillais.